Filips // vernissage de l’exposition 8 mars 2018

 

Après une entrée fracassante dans l’illustration et la bande dessinée au mi-temps des années 80 Philippe Huline, dit Filips, s’est peu à peu effacé des champs qui l’avaient fait connaître. Un véritable ovni. Tant et si bien qu’on pourrait encore se demander s’il ne s’agissait pas d’un songe, si l’on a pas rêvé cette recherche de l’Ultimate Mix.
Le recul du temps faisant ce titre raisonne comme une déclaration au monde, celle d’une quête et d’une voie dont jamais il ne s’éloignerait.
L’intégrité n’est pas un choix, elle est chemin de traverse, défi, elle est surtout recul sans être jugement. L’homme n’avait pas choisi de voir les projecteurs braqués sur lui, leur éloignement n’a aucunement affecté ses pratiques picturales tournées depuis vers la peinture.
Aux sombres aspects de l’existence Filips a trouvé son antidote, comme un dernier et immortel possible, le groove des musiques noires, fil éternel de son oeuvre.
Cette exposition est à prendre comme une plongée dans son intimité, elle est une porte ouverte et tant l’homme est rare que l’on ne saurait trop se réjouir de ce moment offert, de cette invitation à la fête et donc à l’espoir.